Les conseils de votre pharmacie

Lien permanent

Vives, méduses,anémone, oursins


 

  • Piqûre de vive : un venin extrêmement douloureux !

    La vive est un  poisson de 10 à 40 cm fréquent dans les eaux côtières de toutes les mers tempérées, possédant de 5 à 7 épines dorsales érectiles renfermant le venin. La vive s'enfouit dans le sable pour guetter ses proies, les épines venimeuses dorsales affleurant le sol. La piqûre est souvent localisée au pied. La douleur est extrême durant 30 minutes à 1 heure, irradiant à tout le membre avec des élancements paroxystiques, pouvant entraîner dans les premières minutes un malaise avec angoisse, tachycardie, dyspnée, hypotension, voire syncope. Le point de piqûre, initialement livide ou violacé, devient œdémateux puis inflammatoire. Il évolue parfois vers une plaque de nécrose. Plus le poisson est gros, plus la poche à venin est importante et plus les troubles peuvent être importants.

  • Méduses : une urticaire de contact

    La méduse est constituée d'une ombrelle contractile d'aspect gélatineux et transparent, bordée de tentacules urticants.Ils existent plus de 1000 espèces de méduses, sur les côtes de la métropole on retrouve les méduses Aurelia (Manche),  Rhizostoma (Atlantique), et Pelagia noctiluca (Méditerranée), de loin la plus urticante des trois. Les filaments urticants  restent généralement sur la peau harponnés par des crochets. Leur contact produit une brûlure douloureuse immédiate ressemblant à une décharge électrique, parfois accompagnée d'une impression de malaise avec angoisse, palpitations et nausées. L'éruption urticarienne se développe en moins de 30 minutes, devenant souvent vésiculeuse ou bulleuse, parfois purpurique. Les lésions peuvent persister 1 à 2 semaines,et parfois plus.

  • Piqûres d'oursins : des lésions traumatiques

    L'oursin est plus ou moins sphérique, enveloppé de piquants non venimeux dans les mers tempérées. Les lésions sont dues à la pénétration des piquants. La surinfection est très fréquente avec formation d'un nodule inflammatoire. Œdème, lymphangite et douleurs articulaires au niveau des doigts surviennent parfois à la suite de la surinfection.

  • Les anémones : brulures et vésicules

    les anémones ressemblent par leurs effets aux méduses. Un urticaire avec vésicules sont les symptomes les plus courament évoqués après contact avec leurs tentacules.


    QUEL TRAITEMENT ?


    Piqûre de vive

    Le réflexe doit être d'inactiver le venin (thermolabile) par la chaleur : approcher de la piqûre le bout incandescent d'une cigarette pendant 1 à 2 minutes. Créer ensuite un « choc thermique » en appliquant une poche de cryothérapie (Actipoche, Axmed...) afin de neutraliser le venin. La marche sur le sol très chaud des plages( en été ..) lors de piqures sous la voute plantaire est recommandé.On peut également éliminer une partie du venin en utilisant une mini-pompe (Aspivenin, Venimex). Désinfecter (Bétadine, Dakin Cooper stabilisé...) et vérifier la vaccination antitétanique. Calmer et rassurer la victime qui est souvent très angoissée, prendre un antalgique (paracétamol, ibuprofène...). Une consultation médicale est nécessaire en cas de malaise général (troubles respiratoires, hypotension, frissons) ou de plaie à suturer.

    Filaments de méduse et d'anémone

    Le premier geste est de laver la zone atteinte à l'eau de mer ou au sérum physiologique sans frotter. Ne pas employer d'eau douce qui provoque l'éclatement des cellules urticantes. Le retrait des filaments doit se faire soigneusement à la pince à épiler (protéger la main par un gant fin). Appliquer du sable sur la zone atteinte et racler avec une surface rigide comme une carte bancaire pour enlever les cellules urticantes. Désinfecter (Bétadine, Dakin Cooper stabilisé...) et vérifier la vaccination antitétanique. Prendre un antalgique ( ibuprofène,paracétamol) et un antihistaminique (Cétérizine) en cas d'urticaire.

    Piquants d'oursins

    Tous les fragments qui pourraient provoquer par la suite une surinfection doivent être soigneusement extraits. Attention : ils sont excessivement friables ! On peut utiliser du ruban adhésif ou faire couler de la cire de bougie tiède pour retirer les fragments qui affleurent. L'utilisation de vaseline est une autre technique qui permet de ramolir les chairs afin de retirer les piquants. Désinfecter soigneusement (le risque infectieux est élevé) : bain de Dakin (pur) pendant 10 minutes, à renouveler plusieurs fois par jour. Vérifier la vaccination antitétanique. Une consultation médicale est nécessaire en cas de signes d'infection (érythème, œdème...).


    Précautions

    Attention ! Une méduse morte, échouée sur le sable, ou des fragments de tentacules détachés restent venimeux pendant plusieurs semaines. Le port de chaussures de plage limite le risque.

Tous les conseils de la catégorie

Voyage


Lien permanent
Paludisme 2015-08-23

Mal des transports 2015-08-23

Voyage 2015-08-20

Vives, méduses, oursins : attention aux piqures ! 2016-08-03


Page mise à jour le 02 février 2020 14h52