Les conseils de votre pharmacie

Lien permanent




L'Aromathérapie





L’aromathérapie est l’utilisation des huiles essentielles à des fins thérapeutiques. C'est une méthode naturelle qui repose sur l'activité des molécules biochimiques extraites des plantes.  L'aromathérapie est  associée à la phytothérapie, dans l'arsenal thérapeutique des medecines dite "douce", elles ont en commun les plantes.


 

Qu'est-ce qu'une huile essentielle ?

L’huile essentielle est une substance odorante volatile produite par certaines plantes et pouvant être extraite sous forme de liquide.

Bien qu'on les appelle huiles, elles ne contiennent aucun corps gras : une goutte déposée sur un papier s'évaporera sans laisser de trace contrairement à une huile végétale.

Les huiles essentielles peuvent être utilisées par voie orale, transcutannée, par inhalation ou par diffusion atmosphérique.

Une huile essentielle peut renfermer de très nombreuses molécules, chacune ayant des propriétés particulières (antiseptique, bactéricide, immunostimulante, décongestionnante, etc.). Les scientifiques regroupent ces molécules en plusieurs chémotypes ou « familles biochimiques » - cétones, esters, coumarines, phénols, monoterpénols, etc.

De nombreuses huiles comprennent plus d'un chémotype.

La notion de chémotype (abrévié en "CT") (ou chimiotype ou race chimique), officialisée en Union européenne en 2006 avec l'adoption du règlement REACH, désigne une entité chimique distincte au sein d'une même espèce (ensemble d'individu interféconds). (source Wikipédia)


LE STATUT DES HUILES ESSENTIELLES ET DES PRODUITS FINIS

Chaque produit, ou huile doit avoir son propre statut réglementaire. Le statut du produit doit être clairement identifiable par le consommateur : complément alimentaire, cosmétique, dispositif médical, produit de diffusion. Une note de l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et des produits de santé) datant de 2008 est consultable à partir de ce lien.


Dans le cadre d'une consommation d'huile essentielle à visée de santé, il est extrêmement recommandé de se fournir avec des huiles essentielles de fabrications sérieuses et pour lesquelles on doit obtenir la tracabilité de l'huile.Non seulement nous avons sur le marché trop d'huiles d'origines et de qualités douteuses, mais en plus les copies existent .....

Plusieurs mentions doivent impérativement figurer sur l’emballage de l’huile essentielle :

  • Son nom latin et son nom français : il doit être présent pour d’éviter toute confusion. Une huile de qualité est chémotypé ( CT)
  • Son origine : l’origine géographique de la plante influe énormément sur la composition de l’huile et sur sa qualité.
  • La partie du végétal utilisée : fleur, feuille, écorce, racine, rhizome, fruit sec ou graine.
  • Son mode d’extraction : distillation à la vapeur d’eau ou expression à froid (pour les agrumes) par exemple.
  • Sa spécificité biochimique: c’est la carte d’identité de l’huile essentielle. Elle regroupe les principales molécules actives retrouvées dans une huile essentielle. Une même espèce peut présenter des spécificités biochimiques différentes selon le sol, l’ensoleillement dont elle a bénéficié, l’hygrométrie ou le moment de sa cueillette... Une même huile essentielle peut donc avoir des actions très différentes.
  • Une Huile Essentielle de qualité est toujours protégée par un flacon de verre teinté car, pour rester intacte, l’huile essentielle doit être préservée à l’abri de la lumière et de la chaleur.



Méthodes de fabrication des huiles essentielles

Plusieurs méthodes existent pour obtenir les huiles essentielles. Deux sont particulièrement utilisées :

  • La distillation
    La majorité des huiles essentielles est obtenue par distillation à la vapeur d'eau. Le procédé consiste à faire traverser une cuve remplie de plantes aromatiques par de la vapeur d'eau qui va extraire l'essence de la plante et forme avec elle un mélange gazeux homogène. A la sortie de la cuve, la vapeur d'eau enrichie d'huile essentielle traverse un serpentin et se condense. Le liquide aboutit dans l'essencier (vase florentin) où l'huile essentielle de densité inférieure à celle de l'eau sera récupérée.
  • L'expression
    Consiste à briser mécaniquement les " poches à essence " des zestes frais d'agrumes pour en recueillir les essences. Cette méthode est la plus simple mais n'est possible qu'avec les citrus (orange, citron, bergamote). Le produit obtenu se nomme "essence" et non "huile essentielle". 
  • Les autres méthodes sont citées pour mémoire : La percolation ou l'hydro diffusion,l'extraction au CO2,l'enfleurage et la procédure par épuisement .



Méthodes d’administration des huiles essentielles




Les produits à base d'huiles essentielles existent sous de multiples formes galéniques et de présentations

LES HUILES UNITAIRES (Huiles Essentielles, Essences, Huiles Végétales) sont présentées majoritairement  en flacons codigouttes

LES PRODUITS FINIS dits « prêts à l’emploi »  sont constitués de complexes (mélanges) d’huiles essentielles disponibles sous l’ensemble des galéniques : en solution, capsules, gélules, gels, crèmes, baumes, gommes… - et présentations habituelles de la pharmacie :  blisters, roll’on, tubes, ampoules, pots, flacons, sprays, flacons pompe…



  • Voie orale.

Comme les huiles essentielles sont irritantes pour les muqueuses, on les mélange généralement à un peu d’huile végétale ou du miel, jamais dans de l'eau car elles ne sont pas miscibles dans une solution aqueuse. Il existe sur le marché des huiles préparées avec de l’alcool, des oléocapsules ainsi que des préparations en suppositoires

  • Voie cutannée

L'huile peut se diffuser dans l'organisme à travers la peau; on la mêle à une huile de massage, à une crème ou à une lotion.

  • Voie par inhalation

L'huile diffusée dans l'air est absorbée par les voies respiratoires.Quelques gouttes ( 5 ) d'huile essentielle dans un inhalateur rempli d'eau chaude (non bouillante) permet de respirer de façon efficace ces huiles . Une inhalation sèche est aussi possible en déposant quelques gouttes sur un mouchoir propre que l'on respirera profondément, ou en utilisant des produits du commerce (inhalateur)

  • Voie atmosphérique

    Les diffuseurs à soufflerie
    permettent une nébulisation des huiles et une diffusion dans un espaceassez vaste; c'est la meilleure méthode pour un usage thérapeutique par voie aérienne. Environ dix minutes par heure sont suffisantes
    La méthode passive (poterie poreuse) ne permet qu'une
    faible évaporation, sans que les particules puissent agir sur la qualité de l'air
    La chaleur (sur une chandelle ou une lampe) diffuse le
    parfum, mais risque de détruire les propriétés thérapeutiques des huiles essentielles.Éviter le brûle-parfum dont la température obtenue peut être supérieure à 100 °C ,elle accélère l'oxydation et altère les propriétés des huiles essentielles
    Les ventilateurs (dans les systèmes d'aération des
    maisons ou des autos) sont efficaces, sauf s’ils sont munis d’un filtre qui risque de retenir une partie des particules.


  

   Quelques recommandations

  • Se laver les mains après chaque contact avec l'huile pour éviter une irritation lors d'un frottement de l'oeil
  • Plusieurs composés sont irritants ou
    allergènes pour la peau et les muqueuses. D’autres peuvent être
    toxiques à forte dose ou sur une longue période.
  • En cas de contact accidentel sur des zones sensibles (organes génitaux, conduit auditif, nez,yeux), il convient de rincer à l’eau puis d'appliquer une compresse imprégnée d’huile végétale pendant une dizaine de minutes
  • Dans le cadre d'une allergie cutannée ou d'une intolérance, appliquer quelques gouttes d'huile végétale de Calendula ( Souci)
  • Grossesse : Utiliser les huiles essentielles chez la femme enceinte ou allaitante ainsi que chez l’enfant en bas âge nécessite des précautions particulières. L’avis autorisé d'un thérapeute est incontournable
  • En ce qui concerne l'usage interne, il faut savoir que certains chémotypes, comme les cétones, sont des poisons et ne doivent jamais être absorbés.
  • Les huiles essentielles ne doivent pas être ingérées pures.
  • Respecter le nombre de gouttes recommandé, la fréquence d’application ou de prise, ainsi que la durée d’utilisation. Le traitement est efficace à ces doses et les augmenter n’apporterait rien de plus, si ce n’est le risque d’effets secondaires possible.
  • Les huiles essentielles traversent le placenta, et sont transmises par le lait maternel


Quelques indications des huiles essentielles

  • Anti-infectieuses : antibactériennes (dues au carvacrol, au thymol, à l'eugénol, à l'aldéhyde cinnamique, aux monoterpénols)
  • Antimycosiques (dues aux alcools et aux lactones sesquiterpéniques)
  • Antivirales (dues aux monoterpénols, monoterpénals)
  • Antiparasitaires (dues aux phénols, à l'ascaridole)
  • Insectifuges et insecticides (citronnelle de Ceylan, camphre du camphrier du Japon)
  • Anti-inflammatoires (dues aux aldéhydes, au chamazulène)
  • Anticatarrhales : expectorantes (dues au 1,8-cinéol)
  • Mucolytiques (dues aux molécules cétoniques et aux lactones)
  • Anti-histaminiques
  • Antispasmodiques (dues aux éthers et aux esters)
  • Antalgiques, analgésiques et anesthésiques
  • Calmantes, hypnotiques et anxiolytiques
  • Propriétés endocrinorégulatrices : comme les œstrogènes, comme la cortisone
  • Propriétés vasculotropes et hémotropes : hyperémiantes, phlébotoniques, lymphotoniques, anticoagulantes (dues aux coumarines) et fibrinolytiques,antihématomes (HE d'hélichryse italienne),hémostatiques,hypotensives
  • Digestives : eupeptiques, carminatives, cholagogues et cholérétiques (dues à la menthone, la carvone et la verbénone)
  • Antitoxiques
  • Antivenimeuses
  • Antirhumatismales
  • Stimulantes ou apaisantes
  • Aphrodisiaques



Des effets indésirables

  • Propriétés vésicantes et nécrosantes

  • Propriétés allergisantes ou hypersensibilisantes

  • Propriétés photosensibilisantes (par exemple dues aux furocoumarines). Celles-ci sont présentes dans toutes les essences extraites du zeste des citrus : citron, mandarine, bergamote, etc. Toutefois, à cause du poids moléculaire des furocoumarines responsables des effets phototoxiques et photosensibilisants, les essences distillées n'en contiennent pas et ne comportent pas ce risque. En effet, bien que la plupart de ces essences soient extraites par expression à froid, et contiennent des furocoumarines (bergaptène, etc.), il est possible d'obtenir ces mêmes essences distillées, et donc sans danger pour la peau

  • Propriétés neurotoxiques ( dues aux cétones)

  • Propriétés néphrotoxiques (par exemple dues aux terpènes majoritaires dans l'essence de térébenthine, rameaux de genévriers)

  • Propriétés hépatotoxiques (par exemple dues aux phénols pris pendant un temps trop long, ou à doses massives)



    Les huiles essentielles suivantes sont toxiques et sont d'un usage délicat :

  • Amande amère (Prunus amygdalus)

  • Anis vert (Pimpinella anisum)

  • Arnica (Arnica montana)

  • Bouleau jaune (Betula lenta)

  • Camphre (Cinnamomum camphora)

  • Estragon (Artemisia dracunculus)

  • Gaulthérie (Gaultheria procumbens)

  • Menthe pouliot (Mentha pulegium)

  • Moutarde (Brassica nigra)

  • Origan (Origanum vulgare)

  • Sauge officinale (Salvia officinalis)

  • Thuya (Thuja occidentalis)

Tous les conseils de la catégorie

Phytothérapie / Aromathérapie


Lien permanent
Aromathérapie 2015-07-15

Les Huiles Essentielles 2015-07-15

Pathologie : ABCdaire de maladies et leurs traitements en phytothérapie 2015-07-14

Phytothérapie : Notions pour comprendre 2015-07-14

Phytothérapie 2015-08-20


Page mise à jour le 07 juillet 2016 13h23